top of page

LES AILES DU COEUR

Dernière mise à jour : 8 mars




LES AILES DANS LE TIROIR : LA SUITE




L'hiver n'en finissait plus de se vivre, le temps sans gène éprouvait mes pas de mère. La tempête se jouait de mes départs sans direction, de mes envols en tête d'opinion et de mes certitudes.

Pourtant, le décor s'ajustait en concert avec la trame en bas-fonds du contenu de l'histoire de ma vie. Rien ne manquait, tout était là... blessures et panoplie de barricades avec interdiction de clef sur le cadenas. Bien clôturée à l'intérieur de moi, au dedans de ma bienveillance et de l'harmonie à tout prie, la dissonance des répercutions frappait le rythme brisé de la mélodie, l'air de ma voix devenait complainte aux accents d'oiseaux sans plume et sans vie...


Le trépas se décline à tous les temps finalement !


La curiosité m'entraina en dehors du sentier, celui recouvert de neige et d'herbe glaçée jusqu'à l'os, plus haute que nature. J'avais peur, un affolement dont les frissons parcouraient jusqu'au plus profond de mon âme m'enchaîna et me coula bien profond, exactement là où je ne voulais pas aller.

S'était foutu, j'y étais déjà !!!

La glace recouvrait ce qui paraissait être le dessus de moi...

Mais moi, je suis où là ???


La terreur engourdissante semblait s'approprier mon soufle, mon corps, ma vie, j'étais paralisée et, malgré tout, une question planait en moi. Je voyais bien qu'il n'y avait pas de chemin, qu'un sentier à la direction en pancarte de jeux de vie et à l'appel plus certain qu'une envie pressante sollicitant chaque fibre de mon corps.

Le signal s'entendait comme coup de tonerre, invincible, vif et résolu à abattre mes barrières... s'était musclé !!! Pas de retraite possible et je me suis élancée à la découverte de ces alentours inconnu qui répandaient d'un geste à l'autre, sans s'arrêter, la trace à suivre.

Rapidement une ébauche se dessina, des courbes douces se profilaient aléatoirement. Je ne comprenais pas ce qui se présentait devant moi. Comment dépeindre l'incompréhesible... la forme sans forme, une représentation sans présentation, j'étais perdue là !!!


Ma seule option : la capitulation. À cet instant je me délestais de ce qui me paraissait l'intolérable réalité, j'aime à dire que je me suis épousée... Surprenant quand même !!!


Le jeu de la vie prenait place tant dans mon cœur que dans l'instant. Chaque parcelle de ce que je croyais être moi se dissolva sans préavit. Le souffle que je m'appropriais s'estompa comme brume de mer sous le soleil. Spontanément, le rêve s'effaça, il se dissolva pour faire place au plus doux du doux, à ce trésor qui je croyais m'avoir tant bousculé... J'étais dans l'erreur!


Les ailes sur le dos, son plus beau sourire aux lèvres et, de sa main libre dépouillant le contenu du tiroir, elle me fit signe de m'approcher. D'un souffle sur ma joue, elle peignit en silence un chant aux notes d'étoiles, de lumière et d'amour. Les couleurs en se déployant s'embrassaient tout en se multipliant sur chaque parcelle de mon corps, l'éclat des pigments s'amusait à se poser ici et là, à rendre brillant tout et moi aussi.


Les ailes ondulant de l'avant à l'arrière, comme voilure dans le vent m'effleurant au passage, se mirent à pointer vers les profondeurs du tiroir. L'invitation l'emporta sur mes dernières hésitations à y regarder de plus près. Vide de tout contenu, je me suis sentie attirée vers ses profondeurs et c'est dans cet espace infini bleu nuit que je vis les ailes des âmes libres, de tout univers, se saluer entres elles et, au passage, nous faire signe de nous joindre à elles pour un envol collectif.


À mes côtés, ma fille déposa un baiser sur mes ailes et glissa sa main dans la mienne. D'un seul cœur, paisibles et comblées nous nous sommes envolées dans ce lieu où seul savent vivre les âmes libres...

Et nous nous sommes amusées à jouer, danser et chanter la vie que nous sommes !


Gloria M



22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

תגובות


bottom of page